mercredi 27 mai 2009

BRIMBORIONS

Arthur a été puni à la Garderie. Je lui demande pourquoi. Il me répond: « Parce que mon copain a dit qu'un train avait des narines! »
« Et ensuite? »
« Ensuite, il a dit qu'un train avait des yeux. »
« Et ensuite? »
« Ensuite, il a dit qu'un train avait une bouche. »
« Et ensuite? »
« Ensuite, il a dit qu'un train avait des oreilles. »
« Et ensuite? »
« Ensuite, il a dit qu'un train avait un front. »
« Et ensuite? »
« Ensuite, c'est tout. »

A Morlaix avec Laurent. Le type de la reprographie nous dit: «L'autre jour j'avais un client complètement bourré. Il voit passer des noirs dans une voiture devant la boutique, il les insulte. Puis il rentre et me jette un paquet de feuilles sous le nez, à photocopier. Je l'ai chassé. Le lendemain, il est revenu en s'excusant, parce qu'il avait oublié chez moi un sac plein de sous-bocks. »

De retour de Morlaix, quatre fourgons gris métallisés et banalisés passent en trombe sur la file de gauche. Le premier émet une petite sirène d'alarme hypermoderne, et des diodes bleues s'allument à travers son pare-brise. Les vitres sont fumées. Ils foncent en obligeant les voitures à se rabattre sur la file de droite. Ils sortent à Landerneau.

Aucun commentaire: