vendredi 31 octobre 2008

BRIMBORIONS


Cette nuit, rêvé que je visitais les coulisses d'un musée genre le Louvres. A l'entrée, on me dit, « vous pouvez garder le dessin de votre choix ». J'hésite devant une fusée de la Nasa peinte sur de la céramique, et je repars avec un bocal d'eau de Cologne lesté d'une tête de mort métallique.

Un peu déprimé. Il pleut. Je regarde par la fenêtre et j'aperçois, dans l'angle, une araignée qui traverse sa toile et se jette sur une pauvre mouche.

Je cuisine des patates douces en écoutant Shockabilly.

J'ai mis en ligne mon blog sur Eugene Chadbourne. Le projet est pharaonique: chroniquer tous ses albums. Et plus je vais, plus je mesure l'ampleur du problème. C'est une oeuvre immense, et c'est un artiste immense. Chadbourne, c'est Sun Ra. Pas moins.

C'est la Toussaint. Aujourd'hui, pour la première fois, on va fleurir les tombes avec Maman. Arthur court entre les croix blanches des soldats américains.

Plus loin, les croix grises des soldats allemands.

Le soir, Arthur dessine une croix « avec plein de traits dessus. »

Puis il dit: « je vais dessiner un labyrinthe avec plein de trucs qui dépassent. »

Puis il dit: « Maintenant, je vais dessiner un truc vraiment magique: le plus grand triangle du monde. »

Au concert d'Henri Texier, j'ai l'impression que quelqu'un me frôle la nuque. Je me retourne. Personne.

Aucun commentaire: