mardi 9 septembre 2008

LA NUIT SOUS LE PONT DE PIERRE


Un carnaval d'alchimistes, de cambrioleurs, de musiciens et de fantômes, un empereur à demi-fou, le juif errant, l'ambassadeur du roi du Maroc, une veuve masquée et les secrets de la kabbale en filigrane, dans un décor de quartier juif de Prague en plein Saint-Empire romain germanique. Leo Perutz a un pouvoir: celui d'entortiller ses lecteurs et de les laisser se dévorer eux-mêmes dans le dédale de ses histoires à dormir debout, pleines de magie et de transparence. Au début, j'ai cru que c'était un recueil de nouvelles puis, chemin faisant, j'ai commencé à entrevoir des passerelles, des passages secrets, et finalement a émergé tout un roman, cohérent comme une architecture farcie de passages occultes, conçue pour laisser passer des messagers d'un monde à l'autre, pour trimbaler un trésor, ou pour s'enfuir quand il est trop tard.

Aucun commentaire: