dimanche 29 juin 2008

Brimborions 2002-2006 (suite)

R. me dit qu'au concours de l'Ecole Normale, on demande à un type à quelle température l'eau bout. Il réfléchit et répond: "A 90 degrés." On lui demande: "Vous êtes sûr?". Il réfléchit de nouveau, se frappe sur le front et déclare: "Suis-je bête, mais non, 90 degrés, c'est l'angle droit!"

R. se rend à la poste pour retirer de l'argent au guichet. Il demande: "Je voudrais retirer des sous." Et la postière, navrée, le regarde et dit: "Mais mon pauvre monsieur, il y a eu les francs, les nouveaux francs, les euros: les sous, ça n'existe plus!"

D. se souvient de Burt Lancaster, quand il était figurant dans le Corsaire rouge. Il avait quatorze ans, et portait de temps à autre un petit verre de rouge à l'acteur, qui s'en montrait ravi.

M. me parle de sa fuite, à 18 ans, pour cause de déprime. Ses pérégrinations l'ont conduit dans un kibboutz, en Israël.

Chagall à la télé: il parle de "la chose psychique" en parlant de l'esprit.

F.: il téléphone chez M. pour lui dire qu'il est en retard parce qu'il doit aller chercher ses affaires chez Y., Place Guérin. Il nous téléphone de sa voiture: il revient de Guilers, où il est allé chercher les clefs d'Y. Arrivés Place Guérin, on le trouve en train de déménager un matelas avec des gens. Il nous explique qu'il leur rend la clef de la voiture qui lui a servi à aller chez Y., et qu'il leur donne un coup de main au passage. A qui était cette voiture? Ensuite, on va chercher ses affaires et il passe déposer les clefs de Y chez L.

Vu une grosse dame devant une affiche représentant Emmanuelle Béart nue (de dos, dans l'eau), qui disait: "Boudiou, c'qu'elle est grosse."

Il y a des pigeons dans les rues de Brest. Qui a ramené ces saloperies? Je préfère encore ces gros veaux de goëlands.

A propos de goëlands. Ce matin, pour aller au Collège, je croise un de ces mastodontes (ils sont énormes), prés d'une poubelle éventrée, devant une boîte de conserve. On aurait dit que la table était mise. En passant à sa hauteur, j'ai cru qu'il était marqué "Les mouettes" sur la boîte.

Au shopi tout à l'heure, un gros bonhomme tout suant (froid), demande à la caissière de compter son argent à sa place, parce qu'il a un "petit souci". Il était rongé par l'angoisse.

Rêve complet, où tout s'emmêle, où tout coulisse, pour reprendre sa place. Sorte de reformatage du disque dur. Je suis dans un immeuble (mélange d'assemblée générale de grévistes et de réunion de toutes sortes de personnes). Par la fenêtre, je vois la plage. Dans l'eau, un mammouth se bat contre un serpent de mer. J'apprend par M. que S. (la copine de B.) a un problème de gaz. Je lui fais bien comprendre que je m'en fiche, et que je n'ai pas l'intention d'interrompre ma réunion pour ça. M. se tait au téléphone, me contraignant par son silence à obtempérer. Au moment où je fais le numéro, notre téléphone sonne, en vrai. Un seul coup qui me réveillé. Dans mon propre rêve, je me suis téléphoné jusque dans la réalité.

Rêve d'océan enclos dans le cratère d'un volcan.

Au carrefour, la caissière me fait remarquer que mon sac de tomates est éventré. Elle me dit qu'elle espère que je n'en ai pas perdu en route, et ajoute en riant finement: "Comme le petit poucet."

Concert des Seeds à Rennes. J'ai revu C.

Dans le bar, une fille avec un champignon tatoué sur le cou.

A la sortie du concert, Sky Sunlight Saxon assis par terre, embrassant une rennaise beaucoup plus jeune que lui, venue lui faire ses hommages.

Reportages sur la cinquième: à l'époque hellénistique, Héron invente la machine à vapeur, mais s'en sert juste comme d'un jouet, faisant tourner une sphère de métal chauffée à blanc et se contentant d'admirer ce mouvement perpétuel. Cthésibios révolutionne quant à lui la clepsydre: l'eau anime une figurine de chouette qui hulule en sifflant. C'est le premier coucou.

Reportages sur la cinquième: Derek de Solla Price, un savant, en étudiant une machine trouvée dans la mer au large d'Anticythère, en déduit qu'il s'agit d'un appareil à mesurer les positions relatives de la Lune et du Soleil. Il l'explique dans un ouvrage intitulé "Des engrenages chez les Grecs".

Vu une femme à la poste: ses mains dépassaient de sa robe à la place des pieds.

Reportage sur la cinquième. Le Quetzal, oiseau emblème du Guatemala, ne vit que dans un écosystème très particulier: les forêts nuageuses.

Petit drame: ça grésille derrière un des posters de mon bureau. Je donne un gros coup de savate. Plus rien ne bouge. Je dépunaise le tout, et récupère un petit papillon de nuit tout blanc, complètement sonné par le coup. Je le dépose sur le rebord de la fenêtre.

Promenade au jardin botanique où vient d'éclore une fleur énorme, venue d'indonésie. Elle fait plus d'un mètre de haut (je ne compte pas la tige). On la trouve dans la pavillon Tropical humide. Un pauvre type y travaille huit heures par jour, en parlant de la fleur en s'épongeant le front.

Dans la serre tropical sec, un rouge-gorge égaré.

Promenade près de la Tour Tanguy. Avec un effort d'imagination, on croirait que c'est la terre qui bouge, et que les flots sont immobiles.

Par les grilles de l'Arsenal, vu deux emplacements de parking: commandant Hortensia, commandant Magnolia.

En remontant du château, je suis passé devant une fenêtre brouillée, sur laquelle on voyait, en transparence, des fleurs monstrueuses qui y étaient collées. Un type, de l'autre côté, l'astiquait mollement, dissout dans le flou de ses carreaux .

Reportages: aux USA, des sectes évangélistes célèbrent le crotale en dansant avec aux accents d'une musique country endiablée. Il symbolise la clémence de Yahvé.

Baba Simba était le nom africain de Georges Haradson, maître des lions, qui soignait et aidait les lions sauvages et croyait à un autre modèle de civilisation. Dans le reportage, on voit un lion sauter dans les bras de son jeune disciple et lui lécher la figure.

Dans la cour, en bas, il y un pistolet sur le sol, et des ballons crevés.

C'est un pistolet en plastique en fait.

Tout à l'heure sur le parking du Carrefour, un type nous rentre dedans, sans rien abîmer heureusement (le pare-choc). Juste avant le choc, je jette un œil dans le rétroviseur et je le vois, un quart de seconde avant qu'il nous percute.

Reportage sur la cinquième: en Indonésie, des villageois se font bénir par une sorte de varan, ou d'iguane sortie du fleuve, qu'on relâche après le rite, qui s'appelle Ali Muhamad.

Au XIX ème siècle, un certain Georges Smith (?) découvre les tablettes où est relaté le mythe assyrien du déluge. J'ai vu sa photo: il a vraiment une tête d'assyrien, avec une barbe assyrienne.

Hier, je tapais sur des briques chez M. pour enregistrer une rythmique, et la brique a cassé.

Repas avec M. et O. M. nous raconte son enfance en Guyane, et nous dépeint un véritable enfer. Anacondas, caïmans, piranhas (qui la frôlent alors qu’elle se baignait dans le fleuve), maladies atroces (La dingue, la papillonite).

M. : alors que son père s’était hasardé dans la jungle, il marche sur la queue d’un serpent qui le poursuit. Il grimpe à un arbre, et le serpent s’enroule autour de l’arbre pour le croquer. Il lui tire une décharge de fusil en pleine tête.

O. nous raconte ses discussions avec une prostituée du boulevard Jean Moulin. Elle revient du Sierra Leone, où des rebelles ont massacré sa famille et tué son bébé en le démembrant.

La grand-mère de Muriel trouve un serpent dans son lit, un tigre sur sa pelouse : tir à la carabine.

Rêve plein de serpents à clochettes, à sonnettes, à lunettes, corail, minute, etc…

Il parait que l’araignée que les guyanais appellent Matutu saute sur des distances impressionnantes. Elle est noire et bleue métallisée, avec des pattes trempées dans du fluorescent. Quand on veut la tuer, on la coince dans son nid et on y met le feu. S’élève alors un cri déchirant : l’araignée hurle comme un bébé.

Expo Vaudou à l’abbaye de Daoulas. Dans la vitrine aux gris-gris, un papillon mort.

Plus loin, un gros papillon vole dans la salle. Je le confonds avec une chauve-souris.

Vu un tableau haïtien : îles en marche. Iles fragmentées, comme articulées, avec un saisissant effet de relief.

Le baron Samedi est aussi appelé Baron La Croix, ou baron Cimetière.

Un handicapé me prend la main devant ce tableau, et m’en désigne un autre. Je lui dis : " C’est le Dieu de la mer. "

Le baron Samedi est un baron Mystère. Il a aussi un secrétaire.

Vu une plante bizarre, torsadée, un peu cactée, dans la jardin médicinal de l’abbaye. Elle s’appelle Joubarbe, et fleurit tous les 7 ans, d’où sa réputation de fleur magique. Charlemagne la faisait planter sur les toits des fermes impériales, parce qu’elle passait pour éloigner la foudre.
La Passiflore aide à dormir. Le thym soigne les angoisses et c’est un antiseptique. Une grosse plante s’appelle Le chapeau du diable.

Statue de Saint André : il a un visage asiatique. On lui a recollé la tête.

Sur le mur de la fontaine de l’abbaye, le soleil fait refléter l’eau et ses mires changeantes sur le mur, comme un écran de cinéma naturel.

A l’exposition : sur une croix, une tête de mort.

Le patron du Likidambar me dit qu’hier après-midi, un type est venu chez lui déguisé en lapin rose avec ses copains : enterrement de vie de garçon. Après s’être copieusement imbibés, ils ont décidé de prendre le bateau pour se rendre à Camaret. Les lapins sont interdits sur les bateaux : le capitaine a exigé qu’il laisse son masque à terre.

M. me dit que ce matin, un type déguisé en lapin est passé sous ses fenêtres ivre mort à onze heures du matin.

Mots vaudous : régléman (règlement), file farine (faire des dessins avec de la farine), kontwol (le contrôle, dans l’acte magique), simityè(Cimetière).

Une française, Virginie Dedieu, a gagné les championnats du monde de danse synchronisée (ou de danse artistique en piscine, comment appeler ça ?). 8 juges sur 10 lui ont donné la note maximale. Selon certains, c’était la plus belle des compositions de l’histoire de ce sport. Le thème de sa danse était le désespoir et la folie : elle tournait dans les flots comme une sorcière, s’enfonçait en vrille dans l’eau, prenait des mines épouvantées. C’était superbe.

Mon T-shirt reste toute la nuit sur la fenêtre, pendu à la barre sans épingles, ballotté par les vents sans se décrocher. Au matin, je m’en rends compte. Dés que je le vois, il tombe.

Grosse fatigue hier soir. Mal de crâne et de nuque. Dormi sur le canapé sans pouvoir faire autrement.

Rêvé que j'embrassais un chien.

Hier soir, vers minuit, je suis sorti faire un tour près du pont. K. y tournait son film, dont je dois faire la musique, et il y avait une vingtaine de personnes qu'y s'y activaient, plus d'autres en costume fluorescent avec des talkie-walkies qui réglaient la circulation. Je suis resté à l'écart, pour ne pas m'incruster.

Au loin, j'entendais la voix éraillée de K., et je distinguais la silhouette de N. se peignant avec les deux mains des deux côtés de sa tête.

Rêve: un type me parle, sur la table, il y a un morceau de sa gorge (cartilage et viande) .

Aucun commentaire: