lundi 30 juin 2008

BRIMBORIONS 2002-2006 (5)

Au mariage d’O et C à P : dans la salle de bal, une tête de cerf au-dessus de la cheminée.

Sur le rond point de l’hôtel Ibis, près du Futuroscope, un barrage de flics. Il est 4 heures 30 du matin. J, qui n’ a pas bu, conduit. Il hésite à reprendre telle ou telle sortie, fait quelques légères embardées. Ils ne nous arrêtent pas. On passe devant eux en silence.

Sur la route du retour, deux panneaux : " site de Bout de bois " et " la Corne du Cerf. "

Plan de table : assis à côté d’un avocat d’un peu moins de quarante ans. Il est blond, un peu dégarni. Il a le crâne qui se rétrécit en allant vers le haut, comme une sorte d’entonnoir naturel.

L’avocat dit : " J’ai un ami qui m’a expliqué que pour comprendre les habitants de P, il fallait appliquer la règle des trois L : Lent, Lourd, Loyal. " Le mari de ma voisine de droite, qui est justement de P, le regarde en se raidissant. L’autre énumère sur ses doigts en tentant de minimiser : " Heu… Lourd, je ne vois pas… Lent, non plus… Mais loyal, ah ça oui. "

Je discute avec l’avocat, de religion. Une seule chose le choque dans le christianisme, c’est la parabole de la porte étroite : il est plus difficile à un riche d’entrer au paradis qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille. C’est qu’il gagne bien, et voudrait rester chrétien.

Ce matin, comme j’avais les bras chargés avec les courses, c’est le peintre H, qui passait par là, qui m’ouvre la porte.

Deux types de la ville en train de nettoyer la rue sous la pluie : leurs costume sont vert et jaune fluorescent, mais leurs visages sont déprimés.

Vu un panneau délavé, où n’apparaît plus que cette menace : " Sous peine de poursuites. "

Dans la devanture du restaurant La pensée Sauvage : " Fuck a duck and try to fly. "

Bataille avec un papillon de nuit hier soir. L’avant-veille, je l’ai vu replié sur le premier tome de Choses Vues. J’ai cru qu’il était mort, et je me suis dit qu’il faudrait songer à le ramasser. La veille, je le revois, toujours replié, sur le livre des lettres de Calamity Jane. J’ai cru qu’il était tombé avec un coup de vent. Hier, je le retrouve sur Les Mémoires d’Outre Tombe, et le doute n’est plus permis. Quelques embardées, et je lui claque la fenêtre au nez, le renvoyant à sa nuit.

Je promenais Arthur sur les à-côtés de la Place de la Liberté, quand j’ai repéré des flics, qui bloquaient les accès. En quittant le périmètre, une dame que je ne connais pas m’accoste à demi, la main sur le côté de la bouche comme une conspiratrice, et me glisse : " Il y a une bombe. Dans la mairie. "

Les ouvriers ont trouvé une astuce pour évacuer la flotte qui coule du bouchon de radiateur. Ils la font ruisseler dans une de leurs règles en métal qui servent à fixer les plaques au mur, jusqu’à dehors.

Cette nuit, la cloison étant posée, la réglette n’est plus d’utilité. C’est donc un seau.

Je me réveille à une heure et demie du matin, et m’aperçois que j’ai oublié de vider le seau (deux vidanges dans une nuit complète). Je descends pieds nus dans la poussière de ciment pour agir. Je me lave les pieds dans l’évier de la cuisine.

Le menuisier a un doigt sectionné au niveau de la deuxième phalange.

Les plaques qu’il colle sur le mur sont des BA 13. C’est marqué dessus.

Parking du géant : un type paniqué frappe à mes carreaux, et me demande de l’argent : " il me faut 4 euros 28 ". Je lui réponds que je n’ai pas de liquide.

Le voisin de P et E, qui travaille pour les services sociaux, a vu débarquer l’autre jour une tanzanienne abandonnée par son passeur dans la galerie marchande de Coat ar Gueven. Il lui a volé ses deux jeunes enfants.

Alors qu’on était chez P et E hier soir, dans leur maison de la venelle, B, un barbu qui prétend travailler pour la DST , et qu’E surnomme le James Bond de la Venelle, vient dire bonjour. Il a l’espionnite. En voyant la poussette, il dit : " J’ai vu cette poussette l’autre jour, elle était poussée par une dame d’un certain âge ", puis, lorsqu’une lumière s’allume dans l’immeuble d’en face, son œil cligne et il déclare : " Tiens, les voisins sont rentrés. "

A l’entrée de la rampe d’accès du parking de la Fnac, deux panneaux : " Non muni d’une soupape " et à côté " Without valve ".

Rêve : je rentre chez une vieille dame la nuit, prendre du pain dans une sorte de vestibule et je l’accroche ensuite à un baudrier dehors, pour que les animaux de la nuit viennent le manger. Soudain, ça bouge. Le baudrier est maintenant sur moi, et c’est un chat. Dans mon rêve, je me dis qu’il faut que je mette ça dans les brimborions.

En voiture, vu B, le James Bond de la venelle, qui regardait une fille en coin.

Interview avec le journaliste d’Alternantes FM, de Nantes. On se promène sur le port. Il tient un micro, branché sur un minidisc. Il interviewe des pêcheurs qui remontent leur ligne au bout du quai de la douane. Leur voiture est ouverte, et l’autoradio à fond. Il leur demande si ça ne dérange pas trop les poissons.

Plus loin, il interviewe deux autres personnes. Une femme de trente huit quarante ans, complètement camée, et B, un alcoolique avec qui j’ai déjà eu l’occasion de m’engueuler (le dernier jour de l’expo Brest Même). Je ne le reconnais pas tout de suite. Il lui manque toutes les dents de devant, et il est tout rouge. Il tient une grande canette de heineken.

B débite toutes ses théories devant le micro : " Est-ce que Dieu a une religion ? ", " les lignes droites, c’est une connerie, tout est courbe "…

La fille camée tente d’en placer une. Elle ouvre la bouche. Ses dents ressemblent à des morceaux de craie. Elles baignent dans une sorte de salive blanche.

Cet abruti de journaliste demande à B : " Qu’est-ce que ça apporte de boire ? " Il tente de répondre. La fille dit : " ah mais lui, c’est qu’il a commencé tout petit, pas vrai B ? " L’autre acquiesce en souriant. Pas de dents.

A un moment il s’enflamme et part sur une confuse diatribe sur les barbes, les foyers sonacotra, les moustaches et l’injustice de la société. Il a passé trois mois en taule. Il a rompu tout lien avec la société, le monde du travail, depuis treize ans. Plus de femme, plus d’enfant, ajoute-t-il. Puis il dit : " Ca fait longtemps que j’ai abdiqué, moi. "

Il parle des deux journalistes français détenus en Irak, Christian Chéneau et Georges Malbruno, et il dit : " moi je m’en fous qu’ils les tuent, je les connais pas, mais des fois je me dis… y a des choses bizarres quand même… J’m’appelle Bruno… Malbruno… Hé ? "

Il leur demande s’ils aiment lire. Elle dit qu’elle n’a lu que Demian d’Herman Hesse, en traduction brésilienne.

Reçu par mail : " DAVID WILLIAM
ABIDJAN,CÔTE D'IVOIRE.
AFRIQUE DE L'OUEST.
BONJOUR,

PERMETTEZ-MOI DE VOUS INFORMER DE MON DÉSIR DE L'ENTRÉE DANS LE RAPPORT D'AFFAIRES AVEC VOUS. JE ME NOMMES DAVID WILLIAM,22 ANS ET LE SEUL FILS DE DÉFUNT M.ET MME THOMAS WILLIAM,MON PÈRE ÉTAIT UN NÉGOCIANT TRÈS RICHE DE CACAO BASÉ À ABIDJAN,LA CAPITALE ÉCONOMIQUE DE lA CÔTE D'IVOIRE AVANT QU'IL AIT ÉTÉ EMPOISONNÉ À lA MORT PAR SES ASSOCIÉS D'AFFAIRES SUR UNE DE LEUR PROMENADE POUR DISCUTER SUR UNE AFFAIRE DE CACAO.QUAND MA MÈRE EST MORTE LE 21 OCTOBRE 2000,MON PÈRE M'A PRIS SI SPÉCIAL PUISQUE JE SUIS SANS MÈRE. AVANT LA MORT DE MON PÈRE LE 24 DECEMBRE 2003 DANS UN CLINIQUE PRIVÉ(PISAM)ICI À ABIDJAN,IL M'A SECRÈTEMENT APPELÉ SUR SON CHEVET A LA CLINIQUE ET M'A DIT QU'IL A UNE SOMME D'US$8,500,000 (HUIT MILLIONS CINQ CENTS MILLES DOLLARS AMERICAINS)DANS UN COMPTE BLOQUE ET BANQUE LOCALE ICI À ABIDJAN,ET M'A CONFIRMER QUE JE SUIS L'HERITIER DIRECT DE LA SOMME EN BANQUE ET IL A EN OUTRE EXPLIQUÉ À MOI QUE C'ÉTAIT EN RAISON DE CETTE RICHESSE QU'IL A ÉTÉ EMPOISONNÉ PAR SES ASSOCIÉS D'AFFAIRES,CELA QUE JE DEVRAIS CHERCHER POUR UN ASSOCIÉ ÉTRANGER DANS UN PAYS DE MON CHOIX OÙ JE TRANSFÉRERAI CET ARGENT ET L'EMPLOIERAI POUR LE BUT D'INVESTISSEMENT,(COMME INVESTIR EN INDUSTRIE ET GESTION DE BIENS IMMOBILIERS). MONSIEUR,JE CHERCHES HONORABLEMENT VOTRE AIDE DES MANIÈRES SUIVANTES.
1) ME FOURNIR UN COMPTE BANCAIRE OÙ CET ARGENT SERAIT TRANSFÉRÉ.
2) AU SERVIR DE GARDIEN DE CES FONDS.
3) POUR FAIRE L'ARRANGEMENT POUR QUE JE VIENNE
À VOTRE PAYS ET GARRANTIE MON ÉDUCATION(ECOLE)ET POUR FIXE UNE TENIR COMPTE RÉSIDENTIELLE DE MOI DANS VOTRE PAYS. D'AILLEURS,MONSIEUR,JE SUIS DISPOSÉ À VOUS OFFRIR 15% POURCENTS DE TOUTE LA TOTALE SOMME COMME COMPENSATION ET PLUS 5% POURCENTS POUR LE TELEPHONE ET FAX ET POUR VOTRE ENTRÉE D'EFFORT APRÈS QUE LE TRANSFERT RÉUSSI DE CES FONDS À VOTRE COMPTE NOMMÉ QUE VOUS ALLEZ PARVENIR.EN OUTRE,VOUS POUVEZ INDIQUER VOTRE OPTION ET M'AIDER PENDANT QUE JE CROIS QUE CETTE TRANSACTION SERAIT CONCLUE DANS SEPT(7)JOURS OU VOUS SIGNIFIEZ L'INTÉRÊT DE M'AIDER.PRÉVOYANT L'AUDITION DE VOUS BIENTÔT. MERCI ET UN QUE DIEU VOUS BÉNISSES ENTIREMENT.LES MEILLEURS SOUVENIRS. MERCI BEAUCOUP.
CORDIALEMENT,
DAVID WILLIAM
NB: VOUS POUVEZ TOUJOURS M'ECRIRE SUR MON ADRESSE
EMAIL:() ou vous pouvez
m'appelez pour beaucoup d'informations CONFIDENTIALITE "

Aujourd’hui, j’ai écrasé une abeille avec La vie des Fourmis, de Maurice Maeterlinck.

Reçu un autre mail :
" MRS GOMA MARYABIDJAN COTE D'IVOIREDEAR,I AM WRITING YOU WITH THE GREATEST DELIGHT AND PERSONAL RESPECT, I AM MRS GOMA MARY THE WIFE OF THE LATE DR FIDELIS GOMA THE THEN FORMER FINANCIAL ADVISER TO THE EX-SIERRA-LEONINE MILITARY HEAD OF STATE WHO WAS KILLED WHEN THE REGIME WAS OVERTHROWN BY THE WEST AFRICAN PEACE KEEPING FORCE(ECOMOG). I AM PRESENTLY LIVING IN REPUBLIC OF COTE D'IVOIRE WITH MY SON AND DAUGHTER AFTER ESCAPING FROM HOME WITH THE HELP OF A FISHERMAN WHO FERRIED US OUT TO ABIDJAN COTE D'IVOIRE. I DEPOSITED THE SUM OF (US$7.5 MILLION)SEVEN MILLION FIVE HUNDRED THOUSAND AMERICAN DOLLARS IN COOPEC BANK HERE IN THIS COUNTRY COTE D'IVOIRE.THIS MONEY WAS PAID FROM THE CONTRACT AWARDEDTO MY HUSBAND BY THE FORMER GOVERNMENT OF SIERRA -LEONE. SINCE THE PRESENT GOVERNMENT DECLARED THAT ALLTHE ASSETS OF SUPPORTERS OF THE FORMER GOVERNMENT OF MAJOR JOHN P. KOROMA SHOULD BE FROZEN, THEREFORE I NEED YOUR ASSISTANCE TO CLEARED THIS MONEY OUT FROM THE SECURITY COMPANY AND TRANSFERRED TO ANY ACCOUNT YOU MAY BE INTERESTED TO NOMINATE. THIS IS A BUSINESS I WANT BOTH OF US TO HANDLE AND IT REMAINS TOP SECRET SINCE OUR FUTURE DEPENDS ON THIS FUND. WE ARE PREPARED TO OMPENSATE YOU WITH 10% OF THE TOTAL SUM WHILE 5% WILL BE FOR EXPENSES YOU MAY INCUR DURING THE PROCESS OF TRANSFER IS OVER. IF YOU'RE CAPABLE OF ASSISTING US , SEND THE FOLLOWING INFORMATION WHICH WOULD ENABLE ME TO WRITE A LETTER OF CHANGE OF OWNERSHIP IN YOUR NAME, THAT'S YOUR NAME, FULL ADDRESS, TELEPHONE/FAX NUMBERS RESPECTIVELY. DO NOT HESITATE TO REACH ME WITH THE ABOVE E-MAIL, AS SOON AS I RECEIVE YOUR POSITIVE RESPONSE, I WILL GIVE YOU MORE DETAILS AS REGARDS THE TRANSACTION. AWAITING FOR YOUR KIND RESPONSE.BEST REGARDMRS GOMA MARY"

En fait, c’est tous les doigts de la main droite que le menuisier a de coupés.

Sur le boulevard Clémenceau, je crois croiser G. Ce n’était pas lui. En revanche, je le croise cinq minutes après.

Dans le rétroviseur, ce matin, un type sur un scooter, avec un T-shirt maculé de taches de sang séché.

Rêvé que dans une discussion de salon, j’aperçois soudain mon grand-père assis en face de moi, les jambes croisées, qui sourit. Je regarde autour de moi, personne ne se rend compte de rien, et je me dis : " je vois les morts. "

Cette nuit, bruit de voiture en marche arrière à fond la caisse.

Maëlle dit qu’elle croit avoir entendu des bruits de rodéo.

Cette nuit, tempête. Dans le même temps, le cyclone Ivan s’approche de Cuba après avoir dévasté Grenade, la Jamaïque et les îles Caïman.

Cette nuit, rêvé qu’alors que nous roulons sur une route de campagne (Maëlle au volant), trois avions passent en rase-mottes au dessus de nous. L’un d’eux s’écrase, roule vers nous et s’immobilise à quelques millimètres de notre pare-brise.

Rêvé aussi de P, attablé dans un restaurant avec une fille brune qui me dit quelque chose, mais dont je ne parviens pas à me souvenir du nom.

Hier, parti avec Y chercher le lit qu’on a acheté chez Fly. Arrivés à la maison, je m’aperçois qu’il ne passe pas par l’escalier. Après avoir un moment envisagé le démontage de la rambarde, je décide de le faire passer par la fenêtre. Morgan vient à la rescousse. On le hisse avec des sangles. Il est trop large pour la fenêtre. On le place à angle droit au-dessus du trottoir, puis on le fait pivoter en diagonale pour qu’il entre malgré le petit balcon en métal. Une voiture s’arrête dans la rue, un type en descend. Il me demande la permission de venir nous aider, grimpe l’escalier, nous dirige, fait pousser, tirer, ajuster, et le lit finit par entrer. Il s’éponge le front : " hé les gars, il faut pas s’improviser déménageurs ! " Le lit est passé à quelques millimètres.

Hier au Géant, j’entends deux vendeuses du rayon Fruits et Légumes : " T’as pas vu Delphine aujourd’hui ? " " Si, elle en chie aux yaourts. "

Lu sur une camionnette de chauffagiste : " Arzur Ronan, La rumeur, Plouarzel. "

Par la fenêtre, le vent fait tourner une grue comme une girouette.

Hier, j’apprends par la radio que le cyclone Jeanne aurait éliminé de la surface du globe l’île de la Tortue : 26 000 habitants.

Des types seraient passés dessus en hélicoptère, mais ne l’auraient pas vue. Elle aurait disparu.

Hier soir, un prêtre qui habite sur l’île d’en face, contacté par téléphone, assure qu’elle est toujours là : " on la voit, là, juste en face. "

L’île de la Tortue n’a finalement pas disparu. Le président de la république de Haïti, Monsieur La Tortue (justement), a été contacté par France Info juste après avoir survolé la ville des Gonaïves, presque totalement submergée. Il en appelle à l’aide internationale. Lorsqu’on lui parle d’une autre tempête qui file droit sur Haïti pour la crucifier de nouveau, il déclare : " alors que Dieu nous vienne en aide. "

Reçu ce mail :
" Bonjour, Je suis M. HASSAN Paul; le fils de Hassan Balhas Ghadar, un Libanais. Il était un entrepreneur chevronné avec le Bénin "Ciment Compagnie" dans la République du Bénin, qui est malheureusement mort dans l'accident d'avion du vol Africain de transport des syndicats "Boeing 727" dans Cotonou, république du Bénin en décembre 2003vous lirez cette information à l'adresse suivante: cliquez sur le lien ou copiez l'adresse pour bien lire l'information.Avant sa mort le 25 décembre 2003, M.Ghadar a un compte de dépôt fixe avec FINANCIAL bank et aucune autre personne ne sait ce compte ou n'importe quelle chose a ce sujet, le compte n'a aucun autre bénéficiaire mais comme je suis le seul fils dans la maison après l'incident.selon les dires de mon père avant sa mort , il a déclaré que je n'ai pas accès aux fonds à moins que je fournisse un compte étranger et quelqu'un qui se tiendra en tant que mon agent étranger pour investir toujours ces fonds pour mon furture parce que j'ai 24 ans . Depuis lors j'ai fait plusieurs enquêtes pour localiser les parents de mon père , ceci a également prouvé non réussi. Après ces plusieurs tentatives non réussies, j'ai décidé de vous contacter. Je vous ai contacté pour aider à récupérer cet argent laissé par mon père avant que l'état ne pense prendre cet argent selon la loi bancaire internationnale.En conséquence, puisque je n'ai pas pu réussi à localiser n'importe lequel proche de mes parents pendant plus de 5 semaines maintenant, Je cherche votre consentement pour vous présenter comme un guide et agent pour que je puisse récupérer ce montant de USS9.6 millions.j'ai tous les documents juridiques nécessaires qui peuvent être employés pour soutenir n'importe quelle réclamation que nous pouvons faire. Tout ce que j'exige de vous est votre coopération honnête pour me permettre de réussir à récupérer cette somme . Je garantis que ceci sera exécuté dans le cadre d'un arrangement légitime qui vous protégera contre n'importe quelle infraction de la loi que je vous assure. Si cette proposition semble acceptable à vous, veillez me contacter sur mon adresse email privé ci-dessous. Sincèrement.Tout en espérant reçevoir votre réponse à la prochaine ouverture dema boite , recevez cher Monsieur l'_expression de mes reconnaissances les meilleures. "

On est le 30 Septembre, il pleut, et les toits sont couverts de couvreurs.

Sur la route du Pouliguen, je vois plein de choses étranges, à noter dans les Brimborions. Puis j’oublie tout.

Presse : en Rade, le tapis de crépidules s’étend.

Lu dans la Charente Libre : un type a inventé un cercueil aménagé, pour éviter qu’on soit enterré vivant. A l’intérieur, il y a même un distributeur d’anisette, pour patienter.

Radio Mutine : B, le moustachu costaud qui anime l’émission de country Cherokee Jamboree, arrive avec une bouteille de produit toxique destiné à décoller les traces de colle de moquette. " C’est interdit maintenant, mais j’en ai gardé un bidon au cas où. Ca a été remplacé par l’acétone ! J’ai eu ça à l’arsenal. " Il l’ouvre, et une horrible odeur nous prend tous à la gorge. Il se met à quatre pattes, le nez dans les effluves, et commence à racler. Il lève le nez au bout d’un moment : " putain, qu’est-ce que ça arrache ! J’ai le nez dessus ! " Et il plaisante : " Quand je pense qu’il y en a qui payent je sais pas combien pour se défoncer, alors qu’il y a ça ! " avant de douter : " Merde, j’espère que je suis pas en train d’attaquer le lino " Tout autour, on suffoque.

Alors que je partais pour la déchetterie du Spernot, trouve sur mon pare-brise un prospectus pour une conférence sur la vie après la mort. En illustration, un squelette médiéval, les pieds trempant dans un océan plein de cadavres humains. Au Spernot, je le prends avec le reste pour le jeter : il résiste, le vent me le ramène dans les pattes. Il résiste, je le roule en boule et le jette dans la cuve des incinérables.

Devant le cimetière de Ploudalmézeau, dont la grille était grande ouverte, une dépanneuse.

Dessus, un grand break qui ressemble à un corbillard.

Fait un rêve agité de tempête. La maison, dont toutes les fenêtres donnent sur une mer déchaînée, tangue et ploie dans le vent.

Depuis, grands tsunamis partout dans l’Asie du Sud Est. 150 000 morts.

Rêvé d’une grande vague déferlant dans la rade de Brest.

Meurtre de Géraldine Giraud et Katia Lherbier. Elles auraient été tuées avec un produit toxique pour tuer les renards, retiré de la vente depuis longtemps. Selon le procureur, c’est un produit tellement toxique qu’il suffit de déboucher la bouteille dans une pièce close, en cinq minutes, tout le monde est mort.

En ce moment, je vois des tas de choses, mais je suis trop préoccupé pour les retenir.

Alors que je cherchais des bds à la bibliothèque Neptune, très concentré, une bibliothécaire me fait sursauter en me criant dans les oreilles : " Enchantée ! "

Elle a entendu parler des expos, elle connaît C. Elle me parle avec un air exalté et inquiétant.
Aujourd’hui, je retourne à la bibliothèque, et elle surgit de nouveau, désignant Arthur : " c’est votre enfant ? ", " Oui oui ", " et quel nom lui avez-vous donné ?" " Arthur. " ‘Ah, moi j’n’ai pas d’enfants, mais j’ai une épée. " Je dis : " Et vous l’avez trouvée plantée dans un rocher ? " (tentative d’humour). " Non, c’est le bout d’une sagaie. "

En sortant, elle exhibe une sorte de baïonnette.

Il neige sur Brest, mais ça n’accroche pas.

Idée : un plongeur démineur au paradis. Sur une côte paradisiaque où tout est fait pour l’anesthésie, il doit régulièrement désamorcer d’inquiétantes petites bombes sous marines.

Vu un type au Shopi, qui avait un rat dans le col de sa chemise.

Vu un type passer au volant d’une jeep américaine de l’armée décapotable. A l’arrière, un siège pour bébé.

Ce matin, je m’arrête à Plouguin pour acheter un croissant. En sortant, je passe près de la fontaine et m’aperçois que la statue de Sainte Gwen a trois seins.

Le troisième sein servait à alimenter l’appétit prodigieux de Saint Guénolé, son fils.

Reçu ce mail, intitulé " possibilité totalement risque-libre pour gagner l’argent "
Cher ami ,Si vous voulez avoir plus d'argent et plus temps disponible, alors c'estla message la plus importante que vous ayez jamais lu.Voila pourquoi:Vous allez ayez comment on peut et comment vous personnellement pouvez travailler avec ordinateur personnel chez vous et ayez un salaire mensuelCe qui est meme plus important, c'est que vous pouvez recevez le benefice sans courir aucun risque et sans payments a l'avance.Maintenant, je sais que vous etes peut-etre sceptique. C'est normal et trestypique. Laissez-moi vous nommer trois raisons pourquoi vous ne devez pashesiter a commencer notre business.Trois raisons cela prouvera mes motsLa premiere: Je NE vais pas vous promettre que vous pouvez faire sommeenorme d'argent dans les suivants 90 jours ou demi de mille dollars par jourla semaine prochaine. C'est une duperie. Comme vous le savez, il y abeaucoup de publicite du type "devenez vite riche" sur l'Internet. Ce n'estpas normal. Ce qui est important de comprendre, c'est que parmi toutessortes de friperie il n'y a parfois que quelques choses precieuses.La deuxieme: Des dizaines de milles des gens ordinaires du monde entireprofitent de notre programme et gagnent leurs salaries mensuels (encheques) - au total environ 6$ million de dollars l'annee passee.La troisieme: USA TODAY a recemment ecrit que tous les 24 heures a peu pres170.000 de nouveaux visiteurs naviguent sur l'Internet! Beaucoup de gensd'affairesdeviennent riches grace a l'Internet. Et ce n'est que le debut!Avec notre systeme vous pouvez avoir votre part sans efforts particuliers.Voila le bref resume des profits que vous tirez:Le systeme complet et simple ou vous n'avez qu'a vous inserer pour gagnerd'argent.Le travail eloigne a ete cree pour les gens occupes - juste 3-5 heures parsemaine et vous avez votre salaire mensuel dans votre poche.Cela n'empeche pas votre emploi actuel, votre profession ou votre carriere- vous choisissez les heures de travail vous-meme.Cela vous donne des profits immediats dont vous vous servez quand vousvoulez.N'exige pas d'experience d'affaires anterieure.Vous pouvez etre tranquilles car vous travaillez avec une des organisationsles plus florissantes et sures qui est depuis longtemps le membre du BetterBusiness Bureau.Vous allez creer votre business sur une base solide, celle de 14 ans destrategies elaborees minutieusement et avec succes.Les calculs, les listes de payments, les transports - nous nous occupons detout cela pour vous.Pas d'employes necessaires.Le travail a la maison, sur le PC.Les consultations professionnelles gratuites.La valeur de vos revenus est unconfined, tout depend de votre desir detravailler!Pas d'equipement de bureau couteux.De grands profits de taxes.Pas de restriction territoriale.Aussi parfait pour creer une source supplementaire de revenues pour votrebusiness actuel.Ce n'est qu'une petite liste des profits que vous pouvez y tirer. Lasouscription ne coute rien et de plus il n'y a pas d'obligations.Maintenant, vous voulez peut-etre savoir:Comment et pourquoi nous pouvons faire toutes ces choses? Laissez-moi vousexpliquer.Mais au lieu de m'ecouter, ecoutez ce que disent les autres:"Comme beaucoup d'autres, j'ai essaye plusieurs moyens de {%ROTgagnerl'argentpour augmenter mon revenu%}. Maintenant j'ai trouve ce qui apportevraiment un profit materiel. Je ne pouvais pas croire mes yeux quand j'ai vules cheques de commission a lavance que j'ai gagne en les premieres semainesde travail et que j'ai recues dans ma boite a lettres.B.Trask Arizona, USA"L'assistance qui m'a ete accordee est phenomenale. Je ne peux pas imaginercombien il faut d'energie pour m'aider a reussir."A. MarksMichigan. USA"C'est le systeme le plus efficace et le plus rapide que j'aie jamais vu!Quelle possibilite!"S.AllenUtah, USA"J'ai depense beaucoup de temps, d'energie et de ressources dans lemarketing pour des programmes precedents differents et j'ai ete bien surprisde ce processus simple et automatique propose par le systeme FrancePayPowerline. J'ai ete aussi impressionne par la possibilite de m'entrainer.C'est un reve realise. J'espere arriver finalement au revenu a 6 chiffres.Merci FrancePay."D.KukkeeCanada"Je me sers de l'Internet pour mon travail depuis deja 6 ans et erEs est lameilleure et la plus complete possibilite que j'aie jamais vue: tout esttellement facile et comprehensible qu'il n'y a pas de quoi se preoccuper"DelroyJamaica"J'apprecie la facon comprehensible et les conseils donnes dans la partie"Pour commencer". C'est pour la premiere fois que j'ai vu le systeme quiutilise le bon sens et pas les duperies pour motiver ses participants."L.RasberryFlorida, USA"Dans le FrancePay j'ai trouve un business en plein developpement et detres haute classe, c'est tres important pour moi car je veux avoir ma maisona moi et de bons revenus. FrancePay me donne cettte possibilite.K. PlaffConnecticut, USA"FrancePay represente la possibilite d'acceder a l'independance financieredans le cadre du travail avec des fortes valeurs ethiques. Les specialistesprofessionnels et surs, des produits de haute gamme".A. CooperArizona, USA ----------------------------------Qu'est-ce que ca comprend?Quand vous rejoignez notre groupe, vous recevez tout un arsenald'entrainement et d'assistance. Rien n'est omis. C'est un marche complet.PRIX!Consultations professionnelles gratuites pendant 24 heures.Chaque membre de FrancePay a trois leaders a sa disposition a qui il peuts'adresser pour les consultations et l'aide gratuits.Le business de famille avec les profits immediats.L'entrainemnt gratuit Online:Comment, en travaillant seulement 3-5 heures par semaine, avoir un revenumensuel sans empecher votre travail actuel, votre profession ou carriere(c'est super pour les gens extremement occupes).Comment utiliser la technologie de l'Internet pour faire votre revenuaugmenter.Comment utiliser les techniques "auto-financement" de marketing pour quevotre publicite soit gratuite pour vous.Comment eviter tous les dangers, les impasses et les obstacles querencontrent 95 % des entrepreneurs dans l'internet apres avoir commence atravailler avec les companies de l'Internet.Comment organiser la cooperation strategique fructueuse pour que votresucces soit garanti par les associations avec des milliers d'autresparticipants au marketing virtuel.Le moyen le moins cher pour gagner l'argent onlineGrace a l'Internet, les depenses pour votre business sont minimales. Vouspouvez contacter les millions des gens sur l'Internet par e-mail, chercherles instruments, les directoires, la pub gratuite etc. Tout est gratuit! Pasde ventes directes! Pas de frais de poste... Faut pas taper ou copier... Pasde brochures... Pas de video... Pas d'appels de longue distance. Lacommunication immediate a travers le monde. Cela economise plein d'argent.Donc vous voyez que vous avez une source supplementaire d'argent quin'exige ni payments ni obligations.Et il y a meme des nouvelles encore plus promettantes...-----------------------------Vous vous n'etes pas encore decides?Souscrivez-vous maintenant...Vous pouvez vous decider a tout moment!Cela ne depend que de vous...La vie ne devient pas plus simple, vous non plus ne jeunissez pasmalheureusement. Dans un an, vous vous retournerez et vous aurez plus deregrets que vous avez maintenant ("j'aurais pu..., j'aurais eu..., j'auraisdu...). donc, si vous voulez vraiment avoir plus d'argent, plus de securiteet plus de liberte..... pensez que cela ne depend que de vous d'accepter cette offre sanscourir aucun danger!Vous pouvez devenir notre Gestionnaire regional des comptes.Le travail que nous proposons est lie a mail. C'est un travail facile quin'empechera pas votre occupation majeure.Vous recevez et encaissez des cheques de nos clients (Wire Transfert,PayPal transfert, money order et des cheques personnels) et expediezl'argent a nos representants par Western Union (votre profit est 5-10% de lasomme recue).Si vous voulez essayer, vous devez avoir:- L'adresse et le numero de telephone- L'age legal- L'acces a l'Internet, 24 heures, 7 jours par semaine- L'ordinateur chez vous- Vous devez etre pret a nous donner votre accord ecrit pour verifier votreidentite.Formulaire d'applicationVeuillez remplir ce formulaire et l'envoyer a 1. Votre nom complet:2. L'adresse actuel (rue):3. Ville4. Etat5. Code postal6. Pays7. Email8. Age9. L'horaire desire (partiel ou complet)10. Avez vous des comptes dans les banques?Si oui, mentionnez le nom de la banque11. Quelques mots sur vous-meme:Tous les lettres doivent etre envoyes a Meilleurs voeuxP.S. Il est fort probable qu'en tant que l'usager de l'Internet vous avez deja rencontre les schemas du type "devenir riche vite". Peut-etre que vousetes sceptique qu'il y ait une voie legitime de gagner l'argent grace a larevolution de l'Internet. C'est ce que je pensais avant de trouver le groupeFrancePay Marketing il y un an.P.P.S. Peut-etre ne suis-je pas oblige de vous dire que travailler dur nesignifie pas toujours pour gagner beaucoup. Si c'etait comme ca, tous lesouvriers conduiraient les Ferrari et vous seriez maintenant un retraite,n'est-ce pas? Le probleme du travail typique est que vous echangez votretemps contre l'argent - et des que vous vous arretez, l'argent finit. Entravaillant chez FrancePay vous avez des profits immediats dont vous vousservez quand vous voulez.Alain Gourlaouen, Directeur de Personnel, FrancePay Services

L’autre jour, je croise P à Arpèges. Il est toujours flic à l’île longue. Je lui demande : " alors, cette histoire d’ovnis, quelles nouvelles ? " Il me répond qu’il n’est pas au courant.

Sur le site des ufologues brestois, les témoignages affluent. Ils sont en ébullition. L’un des objets volants se serait déplacé en faisant des vagues : il y a le schéma, une sorte de W.

L’autre jour, au feu qui marque l’intersection de la rue Robespierre et du Boulevard de l’Europe, je démarre, et manque de me prendre un cycliste qui venait de griller le rouge. Je l’aperçois soudain dans l’angle mort, freinant comme un dératé. Il portait un uniforme d’officier de marine.

A Laval, pour le festival Lecture en tête. Je me retrouve avec des écrivains, et je ne suis pas très à l’aise. A table, y explique que PPDA la harcèle au téléphone et lui a avoué qu’il voulait mettre sa tête entre ses cuisses. x dit qu’il ne faut pas le juger trop durement (" je le connais, c’est un copain. "). y dit qu’elle a refusé Fogiel. x lui dit qu’elle a eu tort, que c’est bon pour les ventes. C dit : " si je refusais Fogiel, mon éditrice ne me le pardonnerait pas. " w explique qu’il était chez Pradel quelques jours auparavant. Je me demande ce que je fous là.

Laval : dans la rue qui descend de la gare vers le centre-ville, vu un renard empaillé dans un abri-bus.

Laval : plus loin, A, la médiatrice du livre (c’est son titre), m’explique qu’Alfred Jarry est né à Laval. A ce moment-là, une camionnette d’artisan s’arrête à notre hauteur : dessus, c’est marqué Raymond Jarry, plombier Zingueur.

Laval : derrière la Mairie où se déroulent les conférences, un concert de rock chrétien.

Laval : salle à manger du château, je dîne à côté d’un juif responsable du patrimoine fort sympathique. Le plafond est une coque de bateau inversée.

W, qui est très catholique, dit qu’il pense que le prochain pape s’appellera Benoît XVI.

Lors d’une conférence de C, qui parle de son livre Tombent les avions, alors qu’il est question de chute de bombes, quelque chose tombe lourdement sur le sol. Tout le monde se retourne : c’est un appareil photo.

Je discute avec François Gantheret, qui a écrit un livre qui s’appelle Les Corps perdus. Il est psychanalyste. Il me raconte le sujet du livre : des gens ont été enfermés au Maroc, sous le règne de Hassan II, dans des trous de deux mètres sur deux, sans aucune distraction, avec un couvercle sur la tête et deux brocs, un pour boire, l’autre pour chier et pisser. Il m’explique que le frère d’un cinéaste marocain qu’il a rencontré a passé 17 ans dans un semblable trou.

Lors des rencontres avec les lecteurs, quelqu’un dit : " c’est le syndrome Laval ! ". Et un barbu déclare : " Laval n’est pas un syndrome, c’est un palindrome ! "

Le nouveau pape, le cardinal Ratzinger, a pris le nom de Benoît XVI.

Alors que je rentrais de la bibliothèque, je croise un camion de chez Queguiner matériaux. Je crois voir deux types à l’avant : puis je me rends compte que l’un d’entre eux n’a pas de tête. C’est en fait la veste fluorescente du chauffeur qu’il a étalée à la place du mort.

Aucun commentaire: