lundi 30 juin 2008

BRIMBORIONS 2002 - 2006 (3)

Sur la route d'Italie, nous passons par le Col de la Ventouse (Auvergne).

A Chambéry, par la fenêtre de l'hôtel la nuit, je vois une prostituée insulter un client (?), puis relever sa jupe et pisser par terre.

En passant le tunnel du Fréjus, à mi-chemin, nous sommes arrêtés par la Sécurité. Ils font ça pour éviter d'engorger le tunnel. Nous restons là, dans la chaleur suffoquante, au cœur de ce four, à attendre.

Sur le bord du lac de Côme, des cloches toutes douces sonnent dans les clochers tous peints.

Au camping de Côme, une allemande appelle son fils Demian.

Je lis La légende dorée, une somme d'hagiographies par Jacques de Voragine. Tout le monde n'en finit plus d'y ressusciter.

Alors que je dormais, une bête vient fouiller de l'autre côté de la toile de tente dans le sac poubelle. Je donne un coup. Elle ne bronche pas. Je sors, elle déguerpit, et je vais mettre le sac à la poubelle. Quelques minutes après, elle revient, voit qu'il ne reste plus rien à bouffer, et glisse le long de la toile pour aller voir ailleurs. J'ai cru que c'était un chat.

Dans la haie du camping, un rat. Je le vois passer dans le halo de la torche.

Chapelle Coleoni sur la Piazza Vecchia de Bergame: il paraît que Coleoni, chef de guerre vénitien, avait trois couilles.

Vérone affiche un os suspendu à une de ses arches. Ce serait un os de dinosaure ou une côte de baleine. En fait, on la retrouve dans une église: encore un os, presque le même, pendu au plafond.

Acheté un masque noir à long nez (Pulcinella?)

Venise est un labyrinthe: comme on s'était perdu, et que je croyais qu'on avait traversé une bonne partie de la ville, j'ai regardé sur une carte. On avait juste tourné dans le quartier de la gare.

Acheté un autre masque, avec une sorte de herse tombant sur la bouche

Dans le palais des doges, plafonds surchargés de ramifications.

Grande salle du palais des doges: immense tableau du Tintoret, intitulé Le paradis. Plus grande toile à l'huile du monde. Un vague sentiment d'écoeurement s'en dégage, comme devant un œuf trop plein.

Jérôme Bosch: des démons rats qui plantent des couteaux dans les gorges des damnés et déchirent la nuit de leurs bras tous blancs.

A la galerie de l'Académie, des tableaux de Giambattista Tiepolo, un peintre exalté, au christianisme vertigineux. Que des élévations, des ravissements. Sentiment de tomber dans les pommes.

Labyrinthe de la Villa Pisani. On voulait prendre des photos avec les masques, mais il est fermé (arrosage).

Padoue: baptistère El Duomo, et la chapelle degli Scrovegni, décorée par Giotto. Des Enfers terrifiants, avec un gros diable hindou qui crache des damnés par le vagin. On retrouve la même chose dans la cathédrale de Bologne.

Au camping de Ferrare, on s'est installé sous des arbres (l'ombre). A peine assis, une chenille verte me tombe sur le bras.

Dans la nuit, on rentre de promenade, et je devine, sur la toile blanche de la sur tente, trois ou quatre formes de chenilles. Maëlle, à qui je le dis, regarde avec une lampe torche, et pousse un cri d'effroi. Une centaine de ces saloperies grouillent sur l'intérieur de la tente extérieur. Dans le halo, l'une d'elle se tord, en dorant ses ignobles poils.

En plus, par intermittences, une chauve-souris lâche son cri dans la nuit.

On a trouvé un emplacement sur une hauteur, à Fiesole. Vue sur Florence. L'air est plein de douceurs.

Florence est toute tassée comme ville, c'est un amas. C'est une cuvette pleine de brouillards assez nuls, et sa réputation me semble très usurpée.

Nos voisins sont tragiques. Ils sont français. Ils cherchent un logement à Florence. Lui bosse le jour, elle s'occupe des deux gosses, des braillards hallucinants, Guillerm et Galaad. Ils sont au bord de la crise de nerfs. Je leur ai prêtés des épingles à linge.

Cinqueterre: cette nuit, un des arçons de notre tente a lâché. Nous avons une tente borgne.

A Hauterives, dans la Drôme. Finalement, je suis déçu par le palais du facteur Cheval. Quant aux labyrinthes dont on nous vante les mérites sur les pancartes à l'entrée du village, ils sont nuls.

De la fenêtre de chez P. et J., j'observe deux types qui arpentent le terrain de basket et creusent une sorte de trou. Peut-être cherchent-ils un trésor?

Sur l'étagère de Jérôme, un livre chinois fascinant: Au bord de l'eau, de Shi-nan.

Discussion surréaliste avec xxx qui fait une enquête sur EDF et voulait me poser des questions sur mon rapport à ma facture d'électricité.

Je revois xxx chez K., en train de lui poser des questions, puis près des fontaines de la rue de Siam, en train d'interroger une demoiselle.

En partant à la piscine, croisé en voiture un type étrange. J'aurais juré qu'il avait le médaillon de magma sur la poitrine.

Au Carrefour, au rayon Poissonnerie, il y avait une énorme tête d'espadon posée sur un lit de glace.

Au Carrefour, toujours, je vois un moineau qui déambule dans le rayon des boîtes de conserve.

Maëlle se réveille cette nuit. Elle dit, dans un demi sommeil: "je vois des choses phosphorescentes, des choses brillantes!"

Reportage sur la cinquième: le champ magnétique de la Terre est une des données qui y rend la vie possible. Il est prouvé que Mars a eu également un champ magnétique, aujourd'hui disparu.

Des scientifiques ont précipité une sonde sur Jupiter. Au départ, ils pensaient la balancer sur son satellite, Europe, mais il paraît que sous la glace, il y a des océans et de possibles formes de vie primitive.

En ce moment, on voit Mars par la fenêtre, un gros point rouge qui ne scintille pas. Hier, dans la nuit, un nuage invisible (comme souvent la nuit, on ne les voit pas) est passé devant, et Mars s'est éteinte comme un réverbère qu'on souffle.

Mon oncle est décédé avant hier. Hier, en passant près du Moulin blanc, je croise un type qui marchait sur le bas-côté, qui lui ressemblait et me regardait.

Sur la route de Douarnenez, un panneau : " à la sortie de Plonévez-Porzay, restaurant Jain ", sans point sur le i. J’ai cru qu’il s’agissait d’un restaurant indien, Jaïn, et je me suis demandé ce qu’il faisait là. En fait, c’est une crêperie. Jain est un nom du coin.

Sur la rade de Brest, hier, un ciel plombé, et des trouées vertigineuses. Impression que tout était pris dans une confiture givrée.

Dans l'appartement des voisins d'en face, il y a un masque africain avec des yeux blancs.

A la pendaison de crémaillère de C. et C., vu M. Il collectionne les têtes de mort et les dissémine ici et là, chez les gens qu'il aime bien (porte-bonheurs selon lui). Il en a laissé une sur le placard de la cuisine.

Rentré de Douarnenez en écoutant Sun Ra, en pleine tempête. Tout était chaotique, comme la musique. Vu un morceau de tête de cheval entre deux éclats de buissons.

Un élève me dit que la couleur de la mer se dit Glaz en breton. Je lui demande si c’est vert , ou bleu. Il précise : " ni bleu ni vert, c’est la couleur de la mer ".

Dans le lotissement, près du Collège, deux chiens ignobles se prélassent au soleil, formant deux pâtés de poils nauséabonds. A chaque fois, je crois qu’ils sont morts.

Vu dans un village: Les Glycines, dancing, c’est une vieille bâtisse à moitié en ruine.

Une croix décapitée sur la route. Jésus crucifié sur un T.

Sortie du concert de la Fnac par le quai d’embarquement. Le type de la sécurité pique une crise de rire en nous voyant tenter de remettre tout le matériel dans deux voitures, allant jusqu’à chercher à faire rentrer la table de Morgan alors qu’elle n’entre pas, de toute évidence. Son hilarité atteint son apogée quand on finit par casser la table. Je lui demande s’il n’a pas une poubelle.

Lu dans le Télgramme : un type entre dans un bar du bas de Siam avec sa chèvre, ivre (le type, pas la chèvre), et menace le serveur avec une lame de 14 centimètres.

Lu dans le Télégramme : un serpent d’un mètre de long a semé la terreur dans le vol Qatar- Rome.

Lu dans le Télégramme : des belges ont obtenu une courge de 444 kilos, des promeneurs ont été attaqués par des frelons, deux couleuvres africaines ont été ramassées à Bégard.

Il y a un mystérieux voleur dans la salle des profs du Collège. D’abord des plants d’artichauts, ensuite des clefs.

Vu Rashomon, de Kurosawa. Trois types sont sous un porche. L’un d’eux, un moine, fait référence au témoignage d’un mort, interrogé par divination dans un procès. L’autre dit : " peut-être le mort a –t-il menti ? " Le moine répond : " Non, l’âme ne peut être pervertie à ce point. "

Depuis ce matin, les engins dans la rue font des bruits. Ils ont une sonnerie crispante, on dirait la Lettre à Elise jouée à la scie sauteuse.

L'autre jour, sur la route de Douarnenez, j'ai cru voir une sorte de chouette sur le bas côté, roulée en boule dans la nuit.

Arrêt de travail: dos bloqué. Je regarde un film de Kurosawa.

Madadayo: le vieux professeur est dans son jardin et il commente. En parlant de la mare, il dit: "L'océan n'est pas si grand. Si on nage tout droit, on finit par arriver aux Amériques. En revanche, dans cette mare en anneau, on peut nager en rond jusqu'à l'infini."

Madadayo: le vieux professeur dit aux petits-enfants de ses élèves: "Cherchez bien ce qui est vraiment important pour vous. Puis quand vous l'aurez trouvé, consacrez-y tout votre temps."

En revenant à Brest, sur le terrain vague où étaient jadis les cuves de gaz, vu un type agenouillé près de sa camionnette, qui semblait faire des prélèvements.

Ostéopathe : il me fait craquer la nuque en m’appuyant sur le torse avec le genou. Bruit de tonnerre dans ma tête.

Ostéopathe : il est heilpraktiker de l’Ecole Paracelsus.

Route de Douarnenez : un chien avec des yeux brillants, à Chateaulin, une sorte d’anubis.

D’une manière générale, beaucoup d’animaux sur la route. Un oiseau à long cou volant au ras des flots.

Ostéopathe : il est aussi iridologue. L’iris est une zone réflexe, dans laquelle on peut voir, en correspondance, l’état des organes. Il me dit : " je connais des gens qui peuvent voir dans l’œil d’un top-model, sur une affiche, son état de santé et de stress. "

Sur la route de Douarnenez, au retour, dans la lande, obligé de m’arrêter pour dormir un peu.

Par la fenêtre de la cuisine, dans la salle des Ventes, on voit une statue de dieu indien.

On nous a volé la lumière sous le coffre, qui ne sert presque à rien.

Rêve: je suis en Irak avec J, Maëlle et d'autres, et l'on se cache derrière un mur de terre pour éviter des bombardements (bombes à fragmentation), qui visent une centrale nucléaire non loin de là.

Rêve: E. a des petits serpents, des cobras, et je me pique en en manipulant un.

Le raccourci pour rentrer de Douarnenez passe par la lande, où je m'étais une fois arrêté pour dormir un peu. Chaque fois que je passe à cet endroit, je sens une sourde envie de dormir.

Dans le square Wilson, le cirque Pinocchio.

En suisse normande ce week-end: une niche vide, dans laquelle des gens ont mis des fleurs emballées.

Dans la vitrine de l'hôtel des ventes: "Dictionnaire des cas de conscience et des décisions des plus considérables difficultéz."

Hier, j'ai vu une sorte de boule glaireuse dans le ciel, comme la boule blanche du prisonnier, qui se tordait comme un globule. Elle était floue et presque invisible, mais je l'ai vue.

Emission spéciale ventriloques à la télé: ils sont tous venus avec leur peluche. Le public est plein de canards et de lapins qui applaudissent.

Dans la vitrine de l'hôtel des ventes, des fétiches africains.

Idée de conte: un colloque de ventriloques. A la fin, on ne sait plus qui parle.

Sténopés: une bibliothécaire de Pontanézen m'explique le principe de ces appareils bricolés main. Ca prend des photos rondes et pleines de traces fantomatiques.

Idée de roman: un ventriloque qui erre sur les routes et à qui sa marionnette finit par parler.

Idée : Drame dans un sapin de noël.

Idée : Une péninsule secrète.

Une caméra de surveillance aurait filmé un fantôme en Angleterre, en train d'entrer dans un palais de justice. Selon la presse, ce pourrait être celui de Henri VIII.

F conteste le ré mineur que fait Morgan. Il trouve qu'on doit faire un ré majeur. J'ai beau tendre l'oreille, je ne vois pas où ça coince.

Vu un type au CCM, qui se présente comme le mari de Madame H. Ils habitent maintenant à Casablanca.

Idée: un type dans une crèche vivante, qui finit par devenir un vrai roi mage.

Comme je parlais de peinture à l'huile, notant le temps que ça met à sécher, S me dit que certaines peintures de la Renaissance ne sont toujours pas sèches.

Je suis dans le train pour Paris. Devant moi, une femme à tête de poisson.

Dans Tom Sawyer, relevé cette coquille: "il fera noir, mon vieux. Peut-être qu'il ne te verra même pas; et s'il te voit, il ne ramifiera pas." Garnier-Flammarion page 217.

Terminal 6 à l'aéroport Charles de Gaulle: il y a un oiseau, qui vole et n'arrête pas de se réenvoler dans mon dos.

Eglise au centre de Cracovie: une grosse couronne est enfilée sur le clocher.

Idée: la princesse boîteuse, qui cherche à ouvrir une porte. A la fin, elle s'aperçoit qu'elle a une clef dans sa chaussure.

A Cracovie, j'entre dans une librairie médicale, pour acheter une planche d'iridologie. Elle n'est pas à vendre. En sortant, je tombe sur une enseigne: Cyclop Caffé.

Hier soir, Nuit de la Saint Sylvestre polonaise : par la fenêtre, tirs de feux d’artifice éparpillés sur toute la ligne d’horizon, salves sporadiques et artisanales, isolées ou pas, souvent ratées. Tirs sous les fenêtres, filant pour s’écraser contre les roues des voitures. Toute la nuit est crépitante.

Le serbe qui vit dans le même immeuble que Gilles manque de foutre le feu au four. La première fois, Benoît l’éteint. On prévient le serbe. Il nous explique que c’est normal, que c’est l’huile qui brûle. Il rallume.

Le four se met à flamber derechef. On le rappelle. Il rapplique en nous réexpliquant qu’il n’y a aucun problème. En voyant le four, il se met à paniquer. Il éteint. Il constate que son poisson est cuit. Il s’en va en lâchant un misérable " tank you ". Il a enfumé tout l’étage.

Hier, j'ai hésité à entrer dans une boîte de nuit dont la porte avait été recouverte d’un rideau de velours rose et rouge figurant les lèvres d’un vagin. Au-dessus de notre tête un clitoris en peluche. Pour finir, on a été boire un verre ailleurs.

La boîte s’appelait le Sphinx.

Balade jusqu’à la plage gelée. C’est la mer Baltique. Des cygnes sauvages tanguent sur les vagues, comme des bouchons. Ils ont l’air fiers d’être là.

Dans la cathédrale de Gdansk, une vierge noire en robe dorée surplombant un cimeterre ou un croissant de lune.

Plus loin, une grande horloge figurant les signes du zodiaque.

Devant la porte de G., des grains de riz. B. fait remarquer que ça fait vaudou.

Je reviens d'une semaine en Pologne et je chope un rhume en Bretagne.

Rêvé que Maëlle et moi arpentions une planète inconnue dans une soucoupe volante.

Grosse tempête sur la route de Douarnenez : la voiture fait des embardées.

Aucun commentaire: